for Cold Climate Housing and much more

Last Updated: , Created: Wednesday, February 10th, 2021

Should heating by oil be banned in Montreal?

 

You can download this letter in English as a PDF here

Vous pouvais télécharger cette lettre en français comme PDF ici.

 

 

Open letter to elected municipal officials on the island of Montreal
about the proposal to ban oil heating
from Jon Eakes

(Français en bas de page)

Speaking from my 40 years of experience as a consultant and instructor in energy efficient residential housing, I feel the urgent need to make you aware of the unnecessary unintended consequences of imposing a total ban on the use of oil as a fuel for residential heating in Quebec.

Banning oil heating is a noble ecological goal – but almost suicidal for Montrealers.

Every winter Quebec experiences electrical black-outs, some longer than others, and the Ice Storm of 1998 showed just how vulnerable the entire system was and still is.  To label the banning of oil heat as suicidal would be an exaggeration, but “shooting oneself in the foot” would be perfectly appropriate.

 

NO – to a total ban on oil heating.

YES – to a ban on heating systems
that burn oil when the outdoor temperature is above -12°C.

 

Establish performance criteria to control pollution

Montreal successfully dealt with air pollution caused by wood heating with an intelligent performance requirement.  They did not ban wood heating, they banned inefficient and polluting wood heating. They did this while maintaining wood fuel as a critical backup to Hydro blackouts and as an alternative sustainable heating source.

Why would we want to apply the same logic to oil heating;  to significantly reduce the polluting effects of oil with a performance criteria rather than a total ban on heating with oil?

 

Hydro Québec’s use of Hybrid Heating Systems

The complimentary use of fossil fuel heating is clearly tied to Hydro Québec’s power line stability via the use of “Hybrid Heating Systems”.  In transferring a portion of the residential heating load from electricity to fossil fuel during extremely cold periods, Hydro Québec can reduce their peak usage demand and the overloading of their network all while making their entire system more efficient and reliable.

One of the most useful tools that Hydro Québec has developed to encourage the use of hybrid heating systems is their Dual Energy program with the DT rate.  This is a program that provides a strong financial incentive for people to stop heating with electricity, in fact stop doing anything that uses a lot of electricity such as hot water and clothes dryers, whenever it gets extremely cold outside (-12 °C) and switch to fossil fuel energy leaving more electricity available for other customers. (See details on this program at the end of this letter.)

 

Impact of an oil heating ban on Hydro Québec

With about 115,000 homes in Quebec currently using the Hydro DT rate with either oil, natural gas or propane, and a large percentage of them on the island of Montreal, a Montreal by-law to ban oil heating could force Hydro Québec to supply as much as 1000MW in new capacity to safely satisfy peak loads.

Banning oil heating, and following the same ecological logic, quickly banning gas heating, would force everyone to all electric heating, requiring Hydro Quebec to generate at a minimum an additional 2300MW – and then there would be no residential back-up for power outages except wood heating.  That is not very practical for a major metropolitan area.  For Hydro Québec, their only control of overloads from increased peak demand would be more rotating black-outs to avoid a system failure.

Hydro Québec’s design of using hybrid-heating to better size and control their entire system would be lost and individual homeowner back-up generating or back-up heating systems would be more polluting than the small amount of fuel used in good hybrid-systems. It looks simple and honorable to ban heating oil, but there are serious individual and social consequences that need to be taken into account.

 

Impact of an oil heating ban on homeowners

Home owners have reported that for the average home, moving from oil to all electric heating seriously increases their annual utility bill.  If they were already on Dual Energy, it doubles or even triples.

 

An ecologically responsible position on using oil for residential heating

Most present day duel energy systems use more fossil fuel than they need to as they often fall back on the oil or gas furnace even when the temperature is warmer than        -12°C. The technology exists to squeeze tremendous carbon efficiency out of hybrid systems – basically using hydraulic generation of electricity combined with heat pumps, electric plenum heaters, fuel furnaces and good controllers all together avoiding having to use the oil or gas furnace ever above -12°C.  Most existing systems can be economically converted to a high-performance hybrid heating system.  There are even products sold in Montreal that do this today, providing energy efficiencies that equal or beat geothermal heating at a fraction of the cost. 

If municipal governments want to significantly reduce the use of heating oil while protecting the electrical grid’s winter capacity and avoiding what would be the greatest municipality-imposed homeowner expense ever enacted (doubling or tripling an individual’s heating bill for the life of the building, not to mention conversion costs often including upgrading the electrical panel), all they have to do is set a performance criteria on oil heating systems.  Once a requirement is established that oil-based heating systems can only be used when the outdoor temperature is below -12 °C and specifically allowing hybrid heating systems that meet this requirement, the industry will respond by developing products that satisfy this requirement.  This is not an impossible or terribly expensive requirement, it is already being done with short payback and low energy bills for the life of the building.

 

Precedent for imposing performance criteria

Remember, the precedent has already been set in Montreal – the wood heating ban did not ban wood heating, it banned inefficient wood heating.  When they enacted the by-law, only one product met the wood burning efficiency requirements – when the law went into full effect including for existing wood burning appliances 5 years later, 150 wood heating appliances qualified. 

Define the performance target, give the industry time to meet that target and it will happen.  In the case of Hydro’s Dual Energy program, such a strategy would protect the entire electrical system and not cost a fortune to homeowners, in fact it would save them money in the long run. 

The Dual-Energy program of Hydro Québec requires the use of Hybrid-Heating systems.  It is possible to keep the program while drastically reducing the burning of oil, natural gas or propane and maintain access to the lowest heating bills possible for homeowners by imposing performance criteria, not a ban.

 

 

 

Let me leave you with the realizations:

·       that there are serious secondary consequences to a blind ban on oil heating; financial and ecological, both for individual home owners and for the secure functioning of our electrical system. 

·       Placing strong performance criteria, rather than a ban, on heating with oil is a win-win solution: for the environment, Hydro-Québec, taxpayers and the heating industry. 

 

Let’s talk

If you would like to discuss this question further with me, or for an interview or presentation before a municipal council, do not hesitate to contact me.  It will be my pleasure to respond to your questions.

Jon Eakes

On the radio in Montreal – CJAD (800AM) every Saturday morning 9am-10am

 

Hydro Québec’s Dual Energy System

The way it works is:

·       The home’s electrical DT rate is very low all year long.

·       At -12 °C and below, the rate jumps to about 3 times more than the ordinary residential rate, the thermal pump and any other electrical space heating device is automatically shut down forcing the fuel fired furnace to go on.

·       A red light turns on in the kitchen to warn you to put off heating water, drying clothes or any other large electrical use until it warms up above -12 °C.

·       The electricity monitored during this cold period is very expensive, effectively encouraging the homeowner to temporarily minimize the use of electricity.

 

-----------------

-----------------

Lettre ouverte aux élus municipaux sur l’ile de Montréal
au sujet de la proposition d’interdire le chauffage au mazout

de Jon Eakes

 

Fort de mes 40 ans d'expérience en tant que consultant et formateur dans le domaine de l'efficacité énergétique des logements résidentiels, je ressens le besoin urgent de vous sensibiliser aux conséquences involontaires et inutiles de l'interdiction totale de l'utilisation du mazout comme combustible pour le chauffage résidentiel au Québec.

Interdire le chauffage au mazout est un objectif écologique noble — mais presque suicidaire pour les Montréalais.

Chaque hiver, le Québec connaît des pannes d’électricité, certaines plus longues que d’autres, et la tempête du verglas de 1998  a démontré à quel point tout le réseau était, et est encore vulnérable.  Certes, qualifier de suicidaire l’interdiction de chauffer au mazout est exagéré, mais ne serait-ce pas « se tirer une balle dans le pied » que de l’imposer aveuglément?

 

NON à l’interdiction totale du chauffage au mazout.

OUI à l’interdiction des systèmes de chauffage
qui brûlent du mazout lorsque la température extérieure est supérieure à -12 °C.

 

Établir des critères de performance pour contrôler la pollution

Montréal a réussi à lutter intelligemment contre la pollution de l'air causée par le chauffage au bois en imposant une exigence de performance.  Ils n'ont pas interdit le chauffage au bois, ils ont interdit le chauffage au bois inefficace et polluant. Ils l'ont fait en maintenant le bois de chauffage comme une solution de secours essentielle aux pannes d'électricité et comme une source de chauffage alternative sustaniable.

Pourquoi voudrions-nous appliquer la même logique au chauffage au mazout? Pour réduire de manière significative les effets polluants du pétrole avec un critère de performance plutôt qu'une interdiction totale du chauffage au mazout ?

 

Système de chauffage hybride d’Hydro Québec

L'utilisation complémentaire du chauffage aux combustibles fossiles est clairement liée à la stabilité des lignes électriques d'Hydro-Québec par l'utilisation de "systèmes de chauffage hybrides".  En effet, en transférant une partie de la charge de chauffage résidentiel de l'électricité aux combustibles fossiles pendant les périodes de grand froid, Hydro-Québec peut réduire la demande de pointe et la surcharge de son réseau tout en rendant l'ensemble de son système plus efficace et plus fiable.

L'un des outils les plus utiles qu'Hydro Québec a mis au point pour encourager l'utilisation de systèmes de chauffage hybrides est son programme biénergie et leur tarif DT. Ces incitatifs financiers encouragent fortement les gens à cesser de se chauffer à l’électricité et à suspendre toute activité qui consomme beaucoup d’électricité comme l’utilisation du chauffe-eau ou de la sécheuse dès qu’il fait extrêmement froid à l’extérieur (-12 °C), et à passer à l’énergie fossile, laissant plus d'électricité disponible pour les autres clients. (Voir détails à la fin)

 

Impact de l’interdiction du mazout sur Hydro Québec

Environ 115 000 foyers au Québec, dont un pourcentage important sur l’île de Montréal, sont abonnés au tarif biénergie DT (mazout, gaz naturel ou propane) d’Hydro. Or, un règlement de Montréal visant à interdire le chauffage au mazout pourrait contraindre Hydro-Québec à fournir une puissance électrique supplémentaire allant jusqu’à 1000 MW pour satisfaire, de manière sécuritaire, les besoins de sa clientèle en période de pointe.

L’interdiction du chauffage au mazout et, éventuellement selon la même logique, l’interdiction du chauffage au gaz, obligeraient tous les Québécois à chauffer uniquement à l’électricité. Hydro-Québec devrait alors produire au minimum 2300 mégawatts additionnels pour répondre à la demande. En cas de panne d’électricité, aucune autre source d’énergie ne pourrait prendre le relais, à l’exception du chauffage au bois. Pour Hydro Québec, son seul contrôle des surcharges dues à l'augmentation de la demande de pointe consistera à multiplier les pannes tournantes pour éviter une défaillance du système.

La conception d'Hydro-Québec, qui consiste à utiliser le chauffage hybride pour mieux dimensionner et contrôler l'ensemble de son système, sera perdue et les systèmes individuels des générateurs électriques ou de chauffage de secours, alors appelés à la rescousse, seront assurément plus polluants que la petite quantité de combustible utilisée dans les bons systèmes hybrides. Il semble simple et honorable d'interdire le mazout de chauffage, mais il faut tenir compte des sérieuses conséquences individuelles et sociales qui en découlent.

 

Impact de l’interdiction du mazout sur les propriétaires de maisons

Les propriétaires rapporté que la facture annuelle de chauffage d’une maison résidentielle moyenne augmente sérieusement quand il passe du mazout à l’électricité, et double or même triple s’il profite déjà des économies de la biénergie avant de se convertir entièrement à l’électricité.

 

Position écologiquement responsable sur l'utilisation du mazout
pour le chauffage résidentiel

La plupart des systèmes hybrides actuels consomment plus de combustibles fossiles qu’il n’en faut, car ils se rabattent souvent sur le chauffage au mazout ou au gaz, même lorsque la température est plus chaude que -12 °C. Or, il existe la technologie qui permet d’obtenir un rendement carbone exceptionnel avec les systèmes hybrides.

Elle utilise essentiellement la production hydraulique d’électricité combinée à des pompes à chaleur, à des éléments électriques chauffants ajoutés au plénum, à des chaudières à combustible et à de bons appareils de contrôle. Cela évite de devoir utiliser la fournaise au mazout ou au gaz à des températures supérieures à -12 °C. La plupart des systèmes existants peuvent être convertis de manière économique en un système de chauffage hybride à haute performance. Cette technologie offrant un rendement énergétique égal ou supérieur au chauffage géothermique, et ce, à une fraction du coût de celui-ci, est déjà en vente à Montréal. 

Si les gouvernements municipaux veulent réduire de manière significative l'utilisation du mazout tout en protégeant la capacité du réseau électrique en hiver et en évitant ce qui serait la plus grande dépense imposée par la municipalité aux propriétaires de maison jamais promulguée (doubler ou tripler la facture de chauffage d'un individu pour la durée de vie du bâtiment, sans parler du fait qu'il faut souvent moderniser le panneau électrique), il leur suffit de fixer des critères de performance pour les systèmes de chauffage au mazout. 

Une fois qu'il aura été établi que les systèmes de chauffage au mazout ne peuvent être utilisés que lorsque la température extérieure est plus froid que -12 °C et que les systèmes de chauffage hybrides répondant à cette exigence seront autorisés, l'industrie réagira en développant des produits qui satisfont à cette exigence.  Il ne s'agit pas d'une exigence impossible ou terriblement coûteuse, elle est déjà réalisée avec un court retour sur investissement et des factures d'énergie peu élevées pendant la durée de vie du bâtiment.

 

Précédent dans l’imposition de critères de performance

Comme je vous l’ai mentionnée plus tôt, il existe un précédent à Montréal: le chauffage au bois n’est pas interdit. Ce sont les appareils de chauffage au bois inefficaces qui sont prohibés.

Lors de la promulgation du règlement, un seul produit répondait aux exigences d’efficacité de la combustion du bois. Lorsque la loi est entrée pleinement en vigueur cinq ans plus tard, y compris pour les appareils de chauffage au bois existants, cent cinquante appareils de chauffage au bois se sont qualifiés.

Si vous définissez un objectif de performance, puis fixez un délai pour atteindre cet objectif, assurément, celui-ci sera atteint, voire dépassé par l’industrie. Dans le cas du programme de biénergie d’Hydro, une telle stratégie protégerait l’ensemble du système électrique et permettrait aux propriétaires de réaliser des économies à long terme.

Le programme de biénergie d'Hydro Québec exige l'utilisation de systèmes de chauffage hybrides.  Il est possible de maintenir le programme tout en réduisant considérablement la combustion de mazout, de gaz naturel ou de propane et de maintenir l'accès à des factures de chauffage les plus basses possibles pour les propriétaires en imposant des critères de performance et non une interdiction.

 

Permettez-moi de vous laisser sur les constats suivants :

·        Une interdiction aveugle du chauffage au mazout aura de graves conséquences secondaires, financières et écologiques, tant pour les propriétaires des habitations que pour le fonctionnement de notre système électrique.

·        Placer un critère de performance, plutôt qu'une interdiction sur le chauffage au mazout est une solution gagnante pour tous : pour l'environnement, pour Hydro-Québec, pour les contribuables et pour l'industrie du chauffage. 

 

Invitation à discuter

Si vous voulez discuter de ce sujet avec moi ou pour une entrevue ou une présentation lors des conseils municipaux, n’hésitez pas à communiquer avec moi. Ce sera un  plaisir de répondre à vos questions. 

Jon Eakes

À la radio CJAD (800 AM) tous les samedi matin de 9h à 10
www.JonEakes.com

 

Programme biénergie d’Hydro Québec

Le fonctionnement est le suivant :

·        Le tarif DT électrique de la maison est très bas toute l'année.

·        À -12 °C et en dessous, le tarif saute à environ 3 fois plus que le tarif résidentiel ordinaire, la pompe thermique et tout autre dispositif de chauffage électrique  s'arrêtent automatiquement, forçant la chaudière à combustible à se mettre en marche.

·        Un voyant rouge s'allume dans la cuisine pour vous avertir de reporter le chauffage de l'eau, le séchage des vêtements ou toute autre grande consommation électrique jusqu'à ce qu'il se réchauffe au-dessus de -12 °C.

·        L'électricité surveillée pendant cette période d’extrême froid est très coûteuse. Cela encourage fortement le propriétaire de minimiser l’utilisation de l’électricité temporairement.

 


Keywords: Ecology, Environmental, Oil, mazout, Heating

Article 2310